Reportage sur la marque Gilera à Pontedera en Italie :

L’histoire du constructeur Gilera : un grand nom de la compétition

Les racines de la marque Gilera remontent au début du 20ème siècle lorsque son fondateur, Giuseppe Gilera fonde la société. La première moto estampillée du nom Gilera sortira en 1909. Il s’agit de la VT 317, un mono de 317 cm3 culbuté. Très vite, la marque va s’orienter vers la compétition où elle brillera et marquera durablement les esprits. En 1936, Gilera rachète l’étude d’une machine de course munie d’un quatre cylindres à la CNA. Ce sera la rondine, une machine futuriste dotée d’un refroidissement liquide, de deux ACT et d’un compresseur. La Rondine sera l’auteure de nombreux records mondiaux et décrochera le titre de championne d’Europe en 1939. La même année sortira la Saturno 500. A la sortie de la guerre, le pilote Geoff Duke remporte trois fois de suite le championnat du monde 500 au guidon d’une Gilera alors que la Saturno se fraye elle aussi un chemin jusqu’aux premières marches des podiums en se frottant aux Norton, MV Agusta et autres Moto Guzzi.
Mais en 1957, à l’instar de Moto Guzzi, Gilera décide de se retirer du monde de la compétition malgré un palmarès impressionnant avec notamment 44 victoires aux Grands Prix Internationaux.

 

Le rachat par Piaggio :

Le groupe Piaggio rachète Gilera en 1969 et positionne la marque sur le segment des petites et moyennes cylindrées avec une gamme de routières et de tout-terrain.
Il faudra attendre les années 80 pour voir Gilera revenir aux plus grosses cylindrées, notamment avec des trails quatre temps de 350 à 500 cm3 avant d’être déclinés en 600 et 700 cm3. Ces moteurs se montreront efficaces aussi bien en enduro qu’au Paris-Dakar où ils remporteront deux victoires. En 1990, la gamme s’élargit avec l’arrivée de la nouvelle Saturno inspirée du style café racer puis de la Nordwest en 1991. Suivront ensuite la CX 125 dotée d’un look futuriste avec ses roues lenticulaires et la DNA, une naked mue par un moteur automatique à mi-chemin entre la moto et le scooter. En 1993, Piaggio ferme la branche moto de Gilera ainsi que son usine située à Arcore mais garde néanmoins un pied dans l’univers du scooter avec les runners. En 2001, la marque surprend en prenant part au Championnat du monde de moto dans la catégorie 125, un retour fracassant en compétition rendu possible par la reprise du groupe Piaggio par la firme espagnole Derbi. Entre les mains du pilote Manuel Poggiali, Gilera retrouve sa couronne en décrochant de nombreuses victoires en Grand Prix. La légende Gilera venait de reprendre de plus belle.

Le Musée Piaggio :

Il a été inauguré en mars 2000 au siège de Piaggio à Pontedera, dans le département outillage de l’ancienne usine. Créé pour préserver l’histoire de l’une des plus anciennes marques italiennes, il présente plusieurs modèles de véhicules qui ont été commercialisés, au fil des ans. À cela s’ajoutent la documentation et les archives historiques Piaggio, qui présentent des croquis, des dessins et des campagnes publicitaires des années 1930 à nos jours. On retrace les progrès de la marque dans les années d’avant-guerre, de la production aéronautique et ferroviaire au développement de la Vespa, en passant par les motos de ces dernières décennies. Plus de 250 pièces sont exposées. Il s’agit du musée italien le plus vaste et le plus complet consacré aux deux roues. Il existe également un «espace vidéo» qui présente des films historiques sur les collections Vespa et Gilera, mettant en vedette des acteurs et des artistes célèbres. Outre les collections permanentes, des expositions temporaires couvrent toutes sortes de sujets, allant de la technologie à la mode, en passant par l’art, comme Dalì, Picasso, Burri, Nomellini, Viani, Pellizza da Volpedo, Fattori, Modigliani, Carrà, Signorini, Soffici, Spreafico, Nespolo et d’autres artistes de renommée mondiale ont exposé leurs œuvres dans cet espace temporaire.

Entièrement rénové, il a été récompensé en 2003 par le prix du meilleur musée et des meilleures archives d’affaires en Italie.

 

Les liens :

Nos autres book photo